Comité de quartier de La Genette
05 46 34 16 16
comitedequartier@lagenette.org

Porte des 2 Moulins

Krebs

DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION

J’aime à les retrouver, presque chaque matin de bonne heure, les petits personnages de Bruce
KREBS. Je viens leur souhaiter le bonjour. Ils m’aident à me réveiller.
Au premier regard on aperçoit des lignées de visages superposés décryptant un livre grand ouvert
posé sur le crâne de l’homme situé au-dessous. Et puis, au cœur de la sculpture, en haut, on remarque un grand vide, comme une maladie qui se propage, grignote, ronge, fait éclater et disparaître certains personnages. En regardant vite on peut croire que ce sont les aïeux qui se défont
et s’effacent quand leurs descendants, en bas, semblent les oublier, les ignorer ou les mépriser…

En réalité c’est le contraire. Les anciennes générations sont en bas. Et chaque génération suivante
peut lire si elle le souhaite le livre ouvert dans le crâne de son ascendant. Ainsi passent “de génération en génération” les acquis, messages, connaissances, traditions, expériences et autres.
Jusqu’en haut, jusqu’à nous. Ça passe, parfois. Et parfois ça ne passe plus. Il suffit qu’un personnage se voile les yeux, pince les lèvres, regarde ailleurs, ferme à demi un livre qui va bientôt disparaître puis qui disparaît, définitivement. La lignée rompue, les visages se figent, se décomposent, se fracturent, éclatent en morceaux, finissent par se résorber, s’évanouissent.

Ainsi, ce ne sont pas les aïeux qui s’effacent, non, ce sont les descendants, ceux qui oublient, ignorent, méprisent… Nous peut-être. Il y a là, je crois, dans cette inversion une des grandes forces
de la sculpture de Bruce KREBS. Plus on la regarde, plus elle intrigue, plus on la regarde, plus on la décrypte, plus on la regarde …

Un matin, j’étais à peu près réveillé, j’ai compté : 235 personnages, tous différents ; les uns proches,
reliés par les livres et par la mémoire, joyeux souvent, intéressés ou attentifs, étonnés parfois, malicieux, admiratifs ou perplexes, toujours lumineux, les yeux grand ouverts, vivants et expressifs ;
les autres, déreliés, yeux mi-clos, tristes, indifférents, abattus, absents, qui s’éloignent rapidement,
se défont, s’évanouissent, explosent, ont déjà disparu.

Je m’arrête souvent et j’échange plus ou moins longuement avec l’un d’entre eux, au hasard de la rencontre. A moins que ce ne soit simplement avec moi-même. Parce qu’ils ne parlent pas très fort,
les petits personnages de Bruce KREBS. Alors, avec le bruit du ressac, le vent souvent … Il faut se rapprocher, se rapprocher encore, écouter d’abord avec les yeux. Se fondre dans l’expression du personnage, être attentif à tout son visage, son attitude, ses mains … Ses mains aussi, oui … Et puis
attendre, scruter, tendre l’oreille, rester concentré. Naît alors un léger murmure. Et, si on l’attend vraiment, on finit par l’entendre.

Tout cela reste entre nous, bien sûr, mais je peux vous l’assurer, lorsqu’on cherche à les écouter les
personnages de Bruce KREBS ont bien des choses à nous dire et ils sont toujours prêts à murmurer leurs histoires à l’oreille de ceux qui ont envie de les entendre …

Henry BRUNETIERE

magnifiercrossmenuchevron-up-circle