Comité de quartier de La Genette
05 46 34 16 16
comitedequartier@lagenette.org

Gaspard de Coligny, mais qui était-il ?

Gaspard De Coligny

L'avenue Coligny est bien connue des habitants du quartier de La Genette. Pourquoi ? Tout simplement parce que depuis toujours, c'est une rue très commerçante. A l'époque des bains de mer et du tramway, elle était sur le chemin qui mène à la place d'armes (place de Verdun actuelle).
La particularité architecturelle est que les maisons de l'avenue Coligny sont quasiment toutes mitoyennes. L'histoire raconte que le terrain fut édifié sur le lit de la Verrière et du Lafond. La plupart des habitations n'ont pas de cave et sont sans fondations. Elles se tiennent donc entre elles ! Si vous êtes intéressés par des témoignages d'époque, n'hésitez pas à consulter les ouvrages de l'association Paroles de rochelais. Leurs revues sont remplies d'anecdotes !

Son enfance

Gaspard de Coligny ou plutôt Gaspard II de Coligny nait à Châtillon-sur-Loing en 1519.
Son père Gaspard 1er est issu d’une vieille famille de Bresse et a épousé en 1514, Louise de Montmorency dont un des frères était Anne de Montmorency, connétable de France entre 1538 et 1541.
Lorsque son père meurt en Guyenne en 1522. Gaspard a trois ans, et il se fait déjà remarquer par son goût avéré pour les jeux guerriers.
Les jeunes Coligny reçoivent une éducation humaniste. À cette époque, un gentilhomme étudie le trivium et le quadrivium (les 7 arts libéraux), et également les arts de la cour (notamment la danse et le jeu de paume et les arts de guerre (équitation et escrime) auxquels Gaspard et ses frères s'initient sous la tutelle d’un ancien soldat, Guillaume de Prunelay.
Depuis la mort du père, l’oncle de Montmorency surveille cette éducation et il note avec satisfaction les progrès de Gaspard en latin qui augurent d’un avenir ecclésiastique. Mais le jeune homme se rebelle. Il veut faire carrière dans l’armée.
En 1530, Louise de Montmorency, la mère de Gaspard, est nommée dame d’honneur d’Éléonore d’Autriche, la femme de François 1er et la famille se retrouve à la cour, une des plus brillantes d’Europe. Les grandes maisons s’y disputent la faveur du roi et le clan des Montmorency y jouit d’une influence grandissante. Politiquement, la France, l'empire de Charles Quint son rival et les États Pontificaux sont les plus grandes puissances européennes.
Sur le plan religieux, la France s’est engagée dans la voie d’une certaine indépendance, l’humanisme se répand et avec lui une critique des pratiques religieuses, qui appellent des réformes et provoque des oppositions au sein de l’université et des ordres religieux inquiets de la diffusion des idées luthériennes. En 1533, l'année du schisme entre Rome et l’Angleterre, François Ier marie son fils Henri le Dauphin, à la nièce du pape Clément VII, Catherine de Médicis. En 1534 éclate l’affaire des placards qui va déclencher une répression sévère contre les luthériens. François Ier est néanmoins embarrassé car il ne veut pas s'aliéner les princes allemands favorables à la réforme.
Pendant ce temps, Gaspard de Coligny poursuit ses études en compagnie des enfants du roi. La cour se déplace beaucoup, et les jeunes Coligny suivent le roi de château en château. Gaspard s’est fait des amis, notamment le jeune François de Guise.

Coligny gravue

Endurance et audace

En 1542, les Coligny allaient faire leurs premières armes. Odet ayant choisi la carrière ecclésiastique et leur oncle de Montmorency étant écarté de la cour, il ne reste aux jeunes Coligny que les armes pour se faire un nom.
Lors de la guerre déclarée contre Charles Quint, Gaspard fait campagne au Luxembourg, dans le Comté de Flandre et en Italie où il participe à la victoire sans lendemain de Cérisoles. Il prend part à l'offensive navale contre les Anglais. Plusieurs fois blessé dans ces combats, il se distingue par son audace.
La mort de François Ier le 31 mars 1547 précipite son retour à la cour de France. Il est nommé gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, reçoit la charge en 1547 de Colonel-Général des bandes françaises. En fait, ce sont les premières unités militaires permanentes et soldées de fantassins créées en 1479 par Louis XI.
1547 marque la mort de sa mère, Louise de Montmorency, qui s'est beaucoup rapprochée des idées de la réforme, et par son mariage avec Charlotte de Laval qui lui apporte de nombreuses terres en Bretagne et huit enfants.
La cour d'Henri II est un foyer d'intrigues où le clan des Montmorency et celui des Guise, soutenus par la toute-puissante maîtresse du roi, Diane de Poitiers se disputent les faveurs du roi.
Le règne d'Henri II commençe par une reprise des persécutions contre les réformés et des menaces du côté anglais qui refusent toujours de rendre Boulogne occupée. 1547/1548 Gaspard de Coligny fait partie de la délégation qui se rend à Londres pour négocier la paix. Il rencontre le jeune Édouard VI sous le règne duquel la réforme anglicane se radicalise pour se rapprocher du protestantisme. De retour à Paris, se jugeant mal récompensé des efforts qu'il a déployés au service du roi, Gaspard de Coligny se retire sur ses terres et profite de ses loisirs pour rédiger un code militaire très rigoureux ayant pour but de moraliser le comportement des troupes.
Le roi le rappelle bientôt et Gaspard de Coligny repart en campagne. Écarté du siège de Metz par François de Guise, il contribue à la victoire de Renty, s'empare notamment de l'artillerie espagnole. Il est nommé amiral de France en 1552 et gouverneur de Picardie. A la fin de l'année 1554, le roi ordonne la préparation d'une expédition secrète vers le Brésil, à Gaspard de Coligny. Il s'agit de créer une colonie Française en Amérique du Sud.
En 1557, après la rupture de la trêve de Vaucelles passée avec Charles Quint, l'armée impériale, dirigée par le duc Emmanuel-Philibert de Savoie, assiége la ville de Saint Quentin, défendue par Gaspard de Coligny, qui après une longue résistance, doit se rendre. Cette défaite très lourde pour la France entraine le traité de Cateau Cambrésis (1559).
Après la mort du roi Henri II, Gaspard de Coligny conserve ses fonctions et demeure chargé, en tant qu'amiral, d'organiser la flotte de secours pour l’Écosse. Il se rend pour cette cause à plusieurs reprises au Havre et à Dieppe. Cette occupation lui prenant beaucoup de temps, il démissionne en janvier 1560 de sa fonction de Gouverneur de la Picardie.
À la cour, il pousse Catherine de Médicis à adopter une politique de conciliation à l'égard de réformés. À l'origine, très modéré dans son adhésion à la Réforme protestante, il refuse par fidélité au roi, la voie de la violence et condamne la conjuration d’Amboise. Mais, las des intrigues de la cour et écarté du pouvoir par les Guise, il se retire régulièrement chez lui à Chatillon sur Loing; dans cette retraite, la lecture des livres des novateurs change ses opinions religieuses, et à l'instigation de sa femme et de son frère Andelot, il se convertit au Protestantisme. Durant l'été 1560, il participe publiquement au culte. Au cours de l'assemblée des notables de Fontainebleau, il communique au roi les revendications des protestants de Normandie.
La chute des Guise à la mort de François II le satisfait. Durant l'année 1561, il jouit avec ses frères d'une grande faveur auprès de Catherine de Médicis et ne désespère pas de la voir adhérer à la Réforme. Il participe au conseil du roi et joue un grand rôle dans la politique royale de conciliation. Cependant, la violente réaction catholique en 1562, oblige la reine mère à se séparer de lui et Coligny rentre sur ses terres. C'est là qu'il apprend la nouvelle du massacre de Wassy et la marche à la guerre.
En 1562, lorsque la guerre éclate entre le parti protestant et le parti catholique, Gaspard de Coligny s'engage aux côtés du Prince de Condé. Éprouvant des difficultés à entretenir une armée, il négocie une aide financière avec Élisabeth 1ere d’Angleterre et en échange céde le port du Havre par le traité d’Hampton Court la livraison d'une place d'importance aux ennemis héréditaires de la France lui est particulièrement reprochée y compris par les sympathisants de la Réforme.
Il participe à la bataille de Dreux qui marque la défaite de l'armée protestante face à l'armée royale. En 1563, on l'accuse d'avoir commandité l'assassinat du Duc de Guise. La mort de ce dernier, assassiné sous les murs d'Orléans, amène quelques années de paix.
Les armes ayant été reprises par les partis catholique et protestant en 1567, il quitte la cour avec Condé pour se réfugier en Bourgogne, puis à La Rochelle.
La troisième guerre de religion voit les défaites s’accumuler, d'abord Jarnac en mars 1569 où Condé fest assassiné, puis, malgré la victoire de La Roche l’Abeille, Gaspard de Coligny perd du temps au siège de Poitiers car ses mercenaires, non payés, veulent du butin. Il doit lever le siège avant d’être battu et blessé à Moncontour le 3 octobre 1569 où il est défait par le duc d'Anjou, futur Henri III.
Gaspard de Coligny fuit alors vers le sud avec ses troupes et rejoint l'armée des «vicomtes» en Languedoc. Il reprend l'initiative, lève des troupes, pille les villages catholiques, prend Saint-Etienne, remporte la victoire d’Arnay le Duc et remonte en 1570 jusqu'à la Charité sur Loire, menaçant ainsi Paris. Le roi cède, et c'est alors la paix de St Germain en Laye, le 8 août 1570.
Gaspard de Coligny cherche alors à rentrer dans les bonnes grâces du roi, qui l'a condamné à mort et fait confisquer ses biens. En 1571, il rentre à la cour et le roi lui fait bon accueil. Les catholiques de la cour, cependant, le haïssent, et son influence sur le roi reste limitée.

C'est la fin !

Le 22 août 1572, peu après le mariage d'Henri de Navarre, le futur Henri IV, Charles de Louviers, tire sur Gaspard de Coligny depuis une maison appartenant aux Guise. Ayant envoyé son chirurgien Ambroise Paré, le roi accompagné de sa mère et son frère, se rend au chevet du blessé, lui promettant justice. Mais l’assassinat de tous les chefs protestants sont alors décidé.
Dans la nuit du 23 au 24 août 1572 éclate le massacre de la St Barthélémy et Gaspard de Coligny est achevé dans son lit, à coups de dague. Son corps est ensuite jeté par la fenêtre dans la cour et ensuite transporté au gibet de Montfaucon où il est exhibé, pendu par les pieds.
L'année précédente, en secondes noces, il vient d'épouser, le 25 mars 1571 à La RochelleJacqueline de Montbel, comtesse d'Entremont et de Nottage. Il meurt alors que Jacqueline est enceinte de Béatrice née 4 mois après la mort de son père.

Hommages à Gaspard de Coligny

Sa ville de naissance, Châtillon-sur-Loing dans le département du Loiret est renommée Châtillon-Coligny en 1896.
Si vous avez l'opportunité de vous rendre dans la baie de Rio de Janeiro, un fort porte également son nom. Plusieurs lieux de la ville de Hilton Head en Caroline du sud, rappellent son souvenir également.
Et même un sentier de la forêt de Saint Germain en Laye, dans les Yvelines, porte le nom de route de Coligny, en souvenir de la paix de Saint Germain, en 1570.

Avenue Coligny LR
Avenue Coligny LR4

N’oubliez pas de suivre les activités du comité de quartier sur Facebook et Instagram !
Suivez-nous et likez nos posts

magnifiercrossmenuchevron-up-circle